Sur les traces de Bayard …

Après notre balade sur la Meuse, nous décidâmes d’aller voir la statue de Bayard et des quatre fils Aymon et d’admirer le panorama.

L’ascension permet d’apprécier la flore locale.

IMG_6381

C’est très joli, beaucoup de bruyères blanches (Calluna vulgaris) forment des coussins ici et là, au pied des bouleaux verruqueux à la belle écorce blanche (Betula pendula).

IMG_6380

IMG_6382

On y retrouve beaucoup de fougères aussi.

IMG_6384

Nous empruntons un escalier de bois et nous arrivons sur la platelle des quatre fils Aymon, là où se trouvait la forteresse de Château-Regnault. Aujourd’hui, ce grand plateau permet d’accueillir le Aymon Folk Festival chaque année en juillet.

Il suffit de lever le nez pour apercevoir le monument. Il faut encore monter quelques marches pour accéder au belvédère.

IMG_6387

J’admire encore quelques plantes indigènes comme ces campanules qui poussent carrément sur les rochers parmi la mousse et les fougères. De l’origan (Origanum vulgare) aussi très apprécié des insectes butineurs. Du lierre et bien d’autres plantes …

IMG_6390

IMG_6391
Campanula rotundifolia
IMG_6392
Campanula rapunculoides, Origanum vulgare
IMG_6393
Asplenium trichomanes
IMG_6395
Blechnum spicant

Et nous y voilà ! Aucun doute, elle en impose … C’est l’une des représentations matérielles de cette terre de légendes, le symbole ardennais du courage, de la liberté et du refus de se soumettre.

IMG_6397

IMG_6398

IMG_6408

Le panorama est superbe. En contrebas, on peut admirer la vue sur la commune de Bogny-sur-Meuse traversée par un méandre de la Meuse ainsi que l’immense zone forestière du massif ardennais.

IMG_6400
IMG_6403

IMG_6404
Senecio jacobaea
IMG_6414
Trifolium arvense

Au moment de redescendre, un autochtone a souhaité se présenter …

IMG_6423

IMG_6424

IMG_6426

A peu près au milieu du chemin est installé une petite plate-forme que l’on appelle le théâtre et qui permet d’accueillir des animations contes en pleine nature. Héloïse fût très inspirée et s’est mise à danser …

Après une journée bien remplie, il est temps de terminer notre descente …

IMG_6476

… et de rentrer.

IMG_6477

*** Des bises ***

logo

Balade sur la Meuse à bord du Roc

C’était un dimanche. Il faisait beau, il faisait chaud et nous avions prévu une sortie en famille.

Direction Monthermé dans les méandres de la Meuse, au cœur du massif de l’Ardenne, pour une balade au fil de l’eau.

Arrivés sur le quai Aristide Briand, nous embarquons sur le bateau ‘Le Roc’.

IMG_6243

Quelques cygnes nous accueillent. Absolument pas farouches, ils sont sans doute habitués à côtoyer les touristes.

IMG_6258

De l’autre côté de la rive, on peut voir l’école élémentaire de Monthermé et son ancien clocher.

IMG_6259

IMG_6353

Sur le bateau, une dame nous raconte un peu l’histoire des lieux. Selon ses dires, le bâtiment aurait servi de prison pendant la guerre.

Les amarres détachées, le bateau s’éloigne du quai et entame sa croisière sur les eaux calmes du fleuve.

IMG_6271

IMG_6272

IMG_6274

IMG_6280

IMG_6285

Au loin, on peut observer le pont ferroviaire qui dessert la gare de Monthermé.

IMG_6286

Nous passons devant cette curiosité géologique à hauteur de la commune de Bogny-sur-Meuse. Ces quatre pics rocheux évoquent, selon la légende, le passage des quatre fils Aymon.

IMG_6289

La légende tire son origine des chansons de gestes que racontaient les trouvères et troubadours. Elle raconte l’histoire de quatre frères et d’un cheval magique.

Renaud, Allard, Guichard et Richard sont les quatre fils du comte Aymon de Dordogne, vassal de Charlemagne. Afin de devenir chevaliers, ils se rendent à la cour de l’Empereur pour être adoubés. Mais Renaud tue Bertolei, neveu de l’empereur, lors d’une querelle pendant une partie d’échec. Les frères sont contraints de fuir en chevauchant leur cheval fée Bayard qui file comme le vent et franchi rivières et vallées d’un seul bond. En représailles, Charlemagne assiège leur forteresse de Montessor, bâtie sur un rocher dominant la Meuse, où ils s’étaient réfugiés. Parvenus à s’échapper vers le sud, ils sont accueillis par le roi Yon. Les années passent et après s’être distingués par leur courage, les frères deviennent seigneurs de Montauban. Mais l’empereur les retrouve et sa colère ne s’apaise qu’avec le sacrifice du cheval Bayard, précipité dans la Meuse. Mais celui-ci parvient à se sauver et on dit qu’il hante la forêt d’Ardenne. Il exige aussi que Renaud, contraint de se soumettre, renonce aux métiers des armes et consacre sa vie à Dieu. De retour d’un pèlerinage à Jérusalem, il participe à la construction de la cathédrale de Cologne pendant laquelle il est assassiné. Il sera sanctifié après sa mort.

IMG_6290

Plusieurs barques sont échouées ici ou là.

IMG_6311

On arrive au niveau de la statue d’Albert Poncin, représentant le cheval Bayard et les quatre fils Aymon. Erigée sur ce nid d’aigle en 1933, les travaux ont mis au jour quelques trouvailles : pièces de monnaie, épées, pointes de flèches, vaisselle, …

IMG_6313

C’est à cet emplacement que se dressait la forteresse de Château-Regnault dont il ne reste presque rien. Ce serait aussi là que se dressait, selon la légende, la forteresse de Montessor.

IMG_6314

IMG_6317

Nous arrivons à hauteur du barrage de Bogny-sur-Meuse où le bateau fait demi-tour.

IMG_6319

En face de la statue de Bayard, on aperçoit le chevalier Dardennor, l’une des œuvres d’Eric Sléziak. Dommage qu’elle soit si peu visible d’ici bas, il va falloir que j’aille la voir de plus près une autre fois.

IMG_6329

Longeant la Meuse entre Charleville-Mézières et Givet (des projets d’extensions sont en cours), la voie verte trans-ardennes est aménagée sur l’ancien chemin de halage. De quoi faire de belles balades au fil de l’eau …

IMG_6332

IMG_6343
Empierrement

IMG_6344

IMG_6369

IMG_6370

L’église Saint-Léger est l’une des trois églises bâties sur la commune. Construite au XIIe siècle puis fortifiée au cours des siècles suivants pour servir de refuge aux habitants pendant les périodes de pillages.

IMG_6373
Eglise Saint-Léger
IMG_6375
Famille de Bernache du Canada

Retour sur le quai de Monthermé. Sur la rive, on aperçoit la girouette de l’ange Gabriel indiquant la direction du vent. Elle est accrochée à une cheminée conique en métal installée sur un pilier en pierre. Cette cheminée est le vestige d’une ancienne brasserie, témoin de l’histoire locale.

IMG_6349

*** Des bises ***

logo

Spectacle de chevalerie

Notre visite du château de Sedan s’est terminée par un tournoi de chevalerie. Nous avions eu plusieurs fois l’occasion de parcourir les couloirs sombres du château en compagnie des fantômes qui l’habitent mais c’est la première fois que nous assistons au spectacle.

Je ne vous conterai pas l’aventure qui s’est déroulé ici-bas, il faudra aller voir la troupe slovaque Normani pour cela … 😉 Sachez que c’était sympa et drôle, les décors et les costumes étaient superbes … Nous avons passé un bon moment, sous un beau soleil.

Je vous laisse avec les quelques photos qui ont immortalisé ces instants chevaleresques :

IMG_5804

IMG_5806

IMG_5808

IMG_5818

IMG_5828

IMG_5834

IMG_5861

IMG_5873

IMG_5876
Joute de l’anneau : le chevalier doit enfiler sa lance dans des anneaux de divers tailles.
IMG_5885
Quintaine (aussi appelée joute du sarrasin) :  au galop, le chevalier doit frapper l’écu (cercle de bois) avec sa lance.
IMG_5889
Lancer de javelot

IMG_5891

IMG_5895
Juste avant la joute, les enfants devaient accrocher un ruban sur la lance de leur chevalier préféré …

IMG_5898

IMG_5900
Joute équestre
IMG_5903
Le chevalier préféré d’Antonin … le prince rouge bien sûr !

IMG_5912

IMG_5934

Merci gente dame et preux chevaliers !

***

La troupe sera dans la lice jusqu’au 24 août 2016.

Le spectacle dure 1h et a lieu tous les jours à 15h sauf le jeudi.

logo

Le château de Sedan, entre hier et aujourd’hui …

Oyé oyé braves gens …

Suivez-moi, je vous emmène au cœur de la plus grande forteresse médiévale d’Europe : le château de Sedan dans les Ardennes. Après plusieurs campagnes de restaurations, le château retrouve sa grandeur d’antan …

Situé entre le Saint Empire romain germanique et le royaume de France, ces terres étaient d’une grande importance géographique. Zone tampon, elles constituaient l’espace idéal pour un seigneur en quête de souveraineté : Evrard de La Marck (1365-1440) fut celui-ci. Ce caractère stratégique est renforcé par la position de Sedan sur la Meuse, voie commerciale très fréquentée à l’époque.

Le château primitif, construit sur un éperon rocheux à partir de 1424, connu plusieurs agrandissements et travaux de fortifications : aménagement de la basse-cour (1455-1470), grosse tour d’artillerie et épaississement des murailles (1490-1553), ajout de quatre bastions (1553-1573) ; chaque évolution venant compléter l’ensemble préexistant.

Plus d’une dizaine de seigneurs et princes vont, tour à tour, écrire l’histoire de Sedan et de son château.

Nous pénétrons dans la basse-cour. Comment dire … On se sent tout petit hum !

IMG_5528

IMG_5534

Nous nous dirigeons vers la haute cour du château primitif (partie la plus ancienne) avant de pénétrer à l’intérieur et de suivre le sens de la visite.

IMG_5536
Ruines de la chapelle Saint-Martin, point de départ … le château primitif étant construit autour.
IMG_5538
Façade du pavillon renaissance à gauche

Nous descendons un escalier avant de pousser une lourde grille métallique et d’entrer dans une partie souterraine regroupant les salles au jeu de paume. Ces salles furent construites dans la seconde moitié du XVe siècle.

Avant elles, se trouvaient ici les fossés qui bordaient le château primitif. En période de paix, ceux-ci, asséchés et curés, servaient de terrain de jeu de paume aux soldats.

Nous ressortons et arrivons sur le rempart sud où sont placés trois lourds canons qui ne sont pas d’origine.

IMG_5569

Nous continuons à avancer le long de la grande muraille du château primitif. Je me retourne pour une petite photo afin d’admirer la grosse tour au premier plan. Elle est en fait constituée de deux tours imbriquées l’une dans l’autre. La tour d’angle du château primitif ayant été agrandie pour former la Grosse tour.

IMG_5561

Nous parvenons au niveau de la première terrasse du bastion des Dames. Il est nommé ainsi en hommage aux demoiselles d’honneur de Françoise de Bourbon qui venaient s’y promener quotidiennement.

IMG_5572

IMG_5581
Fenêtre en forme de voûte

A l’angle du bastion se trouve une échauguette. A l’origine, seize tourelles de ce type étaient placées au niveau des bastions et le long de certaines terrasses. Elles tirent leur nom de l’expression « guetter l’écho ». Elles permettaient aux gardes de scruter l’horizon et d’anticiper les approches ennemies.

IMG_5587

Nous empruntons un escalier pour accéder à la terrasse supérieure du bastion des Dames.

IMG_5589

La vue nous permet d’apprécier les tours jumelles qui jadis marquaient l’entrée du château primitif.

IMG_5590

Le bastion des Dames cache d’autres parties du château, bien plus anciennes : la tour d’artillerie et le petit châtelet.

C’est ici que Robert II de La Marck avait fait construire une imposante tour d’artillerie munie de nombreuses galeries. Depuis cette tour, les soldats pouvaient défendre le château sans risquer d’être blessés.

Cinquante ans avant la tour d’artillerie, Evrard de La Marck aménage l’entrée du château primitif. Il fait construire devant celle-ci un petit châtelet composé d’une imposante muraille et de deux petites tours rondes depuis lesquelles les soldats protégeaient l’entrée des attaques ennemies.

Un passage nous conduit devant les tours jumelles.

IMG_5594

Autrefois surmontées de toitures aux chapeaux pointus, les tours jumelles  disposaient également de hourds (chemin de ronde en encorbellement), une herse en fermait l’entrée et un assommoir (trou permettant de lâcher de grosses pierres sur les assaillants).

IMG_5606

IMG_5603
Assommoir

Nous entrons et empruntons un escalier pour accéder à plusieurs salles. L’accès à la première, la salle des gardes, se fait grâce à un escalier tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. Il s’agissait d’une technique de défense passive : en montant, les soldats ennemis manquaient à la fois de visibilité et de place pour manier leur épée. Il devaient alors saisir leur épée de la main gauche avec laquelle ils manquaient d’habileté. De là vient l’expression « Passez l’arme à gauche » .

IMG_5611

IMG_5623

Nous continuons la visite et arrivons dans la salle des veilleurs située au troisième niveau des tours jumelles. Sa position élevée permettait une surveillance efficace des environs.

Les soldats, qui n’étaient pas de garde, bénéficiaient d’un maigre confort grâce à cette cheminée, l’une des rares à leur disposition. Ils pouvaient ainsi se réchauffer, faire tiédir l’eau pour leur toilette, ou encore cuisiner.

Tandis que les seigneurs résidaient dans les parties les plus confortables du château, les soldats, en poste de garde ou de défense, vivaient dans des endroits souvent froids et humides. Il se relayaient en quarts et dormaient à même le sol sur une couverture ou une paillasse. Lors des veilles, longues et monotones, ils se distrayaient de jeux de cartes ou de parties de dés.

Nous empruntons un couloir avant de sortir sur les remparts. On domine la haute cour du château primitif. En son cœur se trouvent les ruines de la chapelle Saint-Martin, dont l’origine remonte au IXe siècle et le donjon carré (à droite), seule partie encore debout du prieuré . Ce dernier possédait deux niveau d’habitation autrefois réservés aux moines. Les seigneurs de La Marck s’en seraient ensuite servi de logis dans la première moitié du XVe siècle.

IMG_5653

IMG_5656

Au passage, j’ai admiré quelques belles plantes … On ne se refait pas ! 😉

Origanum vulgare – Cymbalaria muralis – Convolvulus arvensis

Clematis vitalba – Reseda lutea – Genista tinctoria (?)

La vue des hauteurs donne un large panorama sur la ville de Sedan dominée par les collines de la Marfée, théâtre de nombreuses batailles dont la bataille de la Marfée en 1641.

IMG_5664

On peut y voir notamment :

  • l’église saint-Charles, construite à la fin du XVIe siècle et qui était à l’origine un temple protestant. Il accueillit les dépouilles des La Tour d’Auvergne dès 1623. Après la révocation de l’édit de Nantes en 1685, le temps fut transformé en église.
  • le collège Turenne qui fut construit en 1883 en intégrant l’ancien collège des Jésuites. Sa façade est richement décorée, avec des bossages vermiculés et des sculptures dues à l’enfant du pays Gustave Deloye.

Nous redescendons d’un niveau pour pénétrer dans la galerie des Princes. En 1584, le roi de France, Henri III, reconnait officiellement à Sedan le statut de principauté. A cette époque le seigneur de Sedan est Guillaume-Robert de La Marck, descendant d’Evrard, bâtisseur du château primitif plus de cent cinquante ans plus tôt.

Les premiers seigneurs de Sedan ne séjournaient au château que de temps en temps. Mais, plus tard, ils décident de faire du château fort leur résidence principale et doivent, à cet effet, aménager de vastes appartements, plus luxueux que les anciens logis.

IMG_5678

Le long de cette galerie se trouvent trois petites salles sur les thématiques de la puissance militaire, la monnaie et la petite Genève (ancien surnom de la principauté de Sedan).

Bon nombre d’objets d’époque, retrouvés lors de fouilles, y sont exposés …

Boulets, carreaux d’arbalète, fer de lance, chausse-trappe, taques de cheminée, pièces, vaisselle en étain, dés et jetons, céramiques, aiguilles, colliers, peignes, pipes, etc …

Nous pénétrons dans la salle Turenne pour admirer la belle tapisserie « L’entrevue du roi », le mobilier sculpté et la scène représentant la jeune princesse Charlotte de La Marck et Henri de La tour d’Auvergne signant leur contrat de mariage en 1591, sous le regard du roi Henri IV.

IMG_5731

Ce mariage est l’un des épisodes-clés de l’histoire de la Principauté. Il annonce la fin de la dynastie des La Marck et l’avènement des La Tour d’Auvergne.

Un escalier en colimaçon nous mène à la Rotonde qui se trouve au sommet de la Grosse tour … Elle surmonte quatre niveaux comportant une citerne, où les eaux de pluie de la toiture était recueillies par des conduits, une salle basse pour la défense, une salle réservée au logis du jour, avec une belle cheminée gothique, et une autre au logis de nuit, dotée d’une cheminée plus simple.

IMG_5759

La magnifique charpente en chêne massif date du XVe siècle et un oeil averti pourra admirer les vestiges de fresques sur les murs.

En contre-bas, on peut voir une scène familiale à la fin du XVe siècle à l’intérieur de ce qui était la petite tour ouest du château primitif.

Avant que Sedan ne devienne protestante, c’est dans la chapelle que les seigneurs pratiquaient leur culte catholique. Elle est aujourd’hui très différente de ce qu’elle était au XVIe sicle. En effet, autrefois, le plafond était entièrement peint et représentait une voûte étoilée.

Chapelle – Vestige de fresque

Nous devons achever notre visite. Un escalier conduit à la sortie, en passant une dernière fois devant d’autres scènes de vie.

C’est Frédéric-Maurice de La Tour d’Auvergne, le fils aîné d’Henri et dernier prince de Sedan qui remettra la principauté de Sedan au royaume de France, en 1642.

C’est à cette date que prend fin l’histoire de la principauté et que Sedan devient officiellement française.

La suite et fin de notre journée au château : « Spectacle de chevalerie » .

***

J’ai beaucoup aimé la visite à travers le regard d’Aurore :
« Le château de Sedan, plus grande forteresse médiévale d’Europe 1/2 »
« Le château de Sedan, plus grande forteresse médiévale d’Europe 2/2« 

Et pour être incollable, d’autres articles intéressants également : ici ou encore .

Pour les renseignements, animations, visites, … voici le lien vers le site du château : « Château fort de Sedan » .

logo