Gâteau moelleux aux abricots

J’avais beaucoup d’abricots sous la main (tout est prétexte à la gourmandise je sais bien) et l’envie d’en faire un gâteau me titillait depuis un moment. C’est ainsi que je me suis retrouvée en cuisine et je dois dire que je raffole de ce gâteau que je trouve moelleux à souhait, savoureux et bien fruité.

gateau-abricots (1)

Pour un moule de 26 cm.

200g de farine de blé intégrale
250g de yaourt de soja
50g d’huile d’olive (si possible fruitée)
100g de sucre blond (+ un peu pour saupoudrez le dessus du gâteau)
1 sachet de levure
14 abricots frais et mûrs

Après avoir enlevé les noyaux, coupez 6 abricots en cubes (pour mettre dans la pâte) et 8 autres en tranches (pour mettre sur le gâteau)

Préchauffez votre four à 180°C.

Dans un saladier, émulsionnez l’huile d’olive, le yaourt et le sucre.

Ajoutez la farine tamisée, la levure et les cubes d’abricots. Mélangez doucement.

Versez la pâte dans un moule préalablement huilé et fariné (ou chemisé de papier cuisson). Répartissez les tranches d’abricots sur le dessus. Saupoudrez d’un peu de sucre.

Enfournez pendant 45 minutes puis laissez reposer 10 minutes au four.

Attendez le complet refroidissement avant de dégustez.

gateau-abricots (2)

logo

Pasta peperonata

Il y a quelques jours, j’ai testé cette recette que nous avons dévoré avec passion ! C’était l’occasion de revenir un peu sur ce blog que je délaisse … Pardonnez-moi, je ne peux pas être partout ! J’ai dû établir une liste de priorités et ce blog n’est pas en pôle position mais je vais essayer de ne plus rester absente aussi longtemps, je ne vous promets rien, je ferai de mon mieux … Comme toujours ! 😉 Cela dit, le mois d’août sera peut-être l’occasion de cuisiner, de pâtisser avec les enfants ou pas, on verra …

IMG_2365

Pour 4 personnes

350g de pâtes (ici des fusilli intégrale)
2 poivrons rouges
1 poivron jaune
6 grosses tomates
2 oignons rouges
1 cuillère à soupe de câpre
1 grosse gousse d’ail
une quinzaine d’olives noires
1 feuille de laurier
1 cuillère à café d’origan séché
sel, poivre
huile d’olive
parmesan végétal

Faites préchauffer votre four à 240°C.

Coupez les poivrons en 2, enlevez les graines et disposez les moitiés sur une lèche-frite (partie bombée vers le haut) huilée ou chemisée de papier cuisson. Enfournez environ 10 minutes, la peau doit noircir et se boursoufler.

Épluchez les oignons et émincez les finement. Faites les revenir dans une casserole avec de l’huile d’olive jusqu’à coloration des sucs.

Vous pouvez éplucher les tomates mais ce n’est pas une obligation. Nous, ça ne nous dérange pas. Si vous préférez éplucher, faites les bouillir 30 secondes dans une casserole d’eau bouillante. Elles se pèleront plus facilement. Découpez les tomates, pelées ou non, en cubes. Ajoutez les dans la casserole avec les oignons, les câpres, la gousse d’ail écrasée, les olives, le laurier et l’origan. Salez, poivrez et laissez mijoter environ 10 minutes en mélangeant de temps en temps avec une cuillère en bois.

Retirez la peau des poivrons après les avoir laissé reposer un peu pour ne pas vous brûler les doigts. La peau s’enlève très facilement. Puis coupez les en lanières fines.

Ajoutez les lanières de poivrons à la sauce et mélangez.

Faites cuire vos pâtes, parsemez de parmesan végétal et servez aussitôt.

(D’après une recette de Marie Chioca dont j’aime toujours autant les recettes, certaines sont végétaliennes, d’autres peuvent être adaptables facilement et toujours un régal !)

Patates douces et choux de Bruxelles rôtis

img_8891

400g Choux de Bruxelles (surgelés pour moi)
3 petites patates douces
3 gousses d’ail écrasées
4 cs huile d’olive
1 cc cumin
1/2 cc poudre d’ail
1 cc sel
poivre
1 cs vinaigre de vin rouge
1 cc thym séché

Préchauffer le four à 200°C.

Dans une casserole d’eau bouillante salée, plonger les choux de Bruxelles et précuire 15 minutes à partir du retour de l’ébullition.

Éplucher les patates douces et les couper grossièrement.

Dans un plat allant au four, verser l’huile d’olive, ajouter l’ail écrasé, le cumin, la poudre d’ail, le sel, le poivre, le vinaigre et le thym. Mélanger.

Une fois les choux de Bruxelles précuits, les égoutter et couper en 2 les plus gros.

Ajouter les patates douces et les choux de Bruxelles dans le plat et mélanger de nouveau pour bien enrober les légumes de marinade.

Enfourner pendant 45 minutes en remuant régulièrement.

***

J’ai accompagné ces légumes d’un mélange à part égal quinoa/boulghour agrémenté de persil.

logo

Pain de seigle

J’aime le pain. Que dis-je, j’adore le pain ! Je n’imagine pas ma vie sans pain !!! Et par dessus tout, j’adore faire mon pain maison, avec amour et tralala. Même si on a de bonnes boulangeries dans le coin notamment « Au secret du Fournil » à Auvillers-les-Forges et aussi « Aux délices d’Etion » sur Charleville-Mézières, qui fait du pain bio (peut-être d’autres le font aussi, je ne sais pas mais étant très sensible aux additifs, je trouve que ça mérite d’être souligné) et qu’on continu à en acheter assez régulièrement (surtout Fred qui aime les mies bien moelleuses et aérées), je préfère mon pain à moi que j’aime. D’abord parce que j’ai tendance à en manger moins et à ne pas me jeter lamentablement sur la baguette (à l’ancienne et aux graines hummm !!!) et ensuite parce que j’adore son aspect rustique, le goût caractéristique de la farine de seigle et les bienfaits apportés par des farines plus complètes.

J’aime aussi beaucoup le pain vendu dans notre magasin bio, Rayons Verts à Charleville-Mézières, c’est le même genre de pain que j’obtiens à la maison. Mais d’abord, il faut arriver de bonne heure car ils partent comme des p’tits pains (lol). Ensuite, ils sont livrés le vendredi matin seulement, ce qui n’est pas pratique pour nous qui n’avons pas de jour précis pour faire nos courses (c’est quand le frigo est vide et quand on peut … autant dire que des fois, je racle les fonds de placards) et enfin, loin de tout, nous optimisons nos déplacements. Bref, le pain vient d’un atelier de boulangerie Agribio à Havelange en Belgique.

pain-seigle

J’utilise mon Kitchenaid mais on peut parfaitement le faire à la main, avec un peu d’huile de coude (si peu !). Cette pâte n’a pas réellement besoin de pétrissage car les farines utilisées ne contiennent pas une grande quantité de gluten. Il faut juste veiller à bien mélanger les ingrédients afin d’obtenir une pâte homogène.

 

300 g de farine de seigle T130
200 g de farine de blé T80
400 g d’eau de source
1 cc de sel
20 g de lev’ épeautre (ou 1 sachet de levure sèche)
2 cs de graines de sésame (facultatif)
pour mettre sur le dessus du pain (sésame, tournesol, courge, lin, pavot, flocons d’avoine)

Poser la cuve du Kitchenaid sur la balance de cuisine et faire la tare.

Commencer par peser l’eau.

Verser le sel puis les farines et terminer par la levure.

Remettre la cuve sur le robot et laisser le bien mélanger les ingrédients avec le crochet pétrisseur pendant environ 3 minutes.

Lorsque la pâte est homogène, couvrir la cuve de cellophane ou d’un linge humide et oublier le dans un coin à l’abri des courants d’air pendant 2 heures.

Transférer ensuite la cuve dans le réfrigérateur pendant toute une nuit.

Le lendemain matin, verser la pâte dans un moule huilé et fariné.

Poser un petit bol d’eau dans le four et enfourner le pain pendant 45 à 50 minutes à 210°C.

Le sortir du four, laisser tiédir ou refroidir complètement.

***

Pour en savoir plus sur les farines, je vous invite à lire cet article de Virginie Fouquet sur son blog chefNini : « Les farines : les connaître, les utiliser« .

logo